Les plantes d’un jardin sec 
Après un article (à lire ici) sur la création d’un nouveau jardin, le « jardin soleil » de Terre & Humanisme, nous allons maintenant aborder plus spécifiquement les plantes adaptées à ce type de jardin.
La flore méditerranéenne, ce sont 25 000 espèces végétales, 10 % des plantes connues mondialement réparties sur seulement 1, 6 % de la surface terrestre et 60 % d’entre elles ne se trouvent nul par ailleurs. C’est donc l’une des flores les plus riche du monde ! Pour comprendre les possibilités d’adaptation d’une plante à son jardin, il faut connaître son origine géographique et le milieu dans lequel elle pousse habituellement.
Le climat méditerranéen est caractérisé par une période sèche, c’est pourquoi les végétaux ont alors trouvé des stratégies d’adaptation pour faire face aux périodes de rareté de ressource en eau. Ces plantes sont dites « xérophiles », (du grec qui signifie : xéros = sec, philos = ami), ce sont des végétaux qui tolèrent des environnements très secs.
Les différentes stratégies d’adaptation mise en place : 
Présence de poils et feuillage gris : ils permettent de réfléchir la lumière et de capter les gouttes de rosée du matin. La quantité de gouttelettes piégée après une rosée sur feuillage gris est important, elles vont mettre plus longtemps à s’évaporer.
Légende : coquelourde / lychnis coronaria
Légende : achillea umbellata
Se cacher dans le sol : cela concerne les plantes bulbeuses qui, pendant leurs végétations, vont assimiler des éléments nutritifs et de l’eau dans leurs organes souterrains. Lors de l’arrivée des premières chaleurs, les plantes fanent et disparaissent pour réapparaître l’année d’après.
Adaptation racinaire : il existe des plantes qui ont un double système racinaire. Certaines racines vont aller en profondeur pour trouver le plus d’humidité, pendant ce temps, la partie racinaire de surface permet de récupérer l’eau superficielle, de profiter de l’humidité des moindres pluies. De plus, le système racinaire s’accroît principalement en automne et en hiver quand l’humidité est bien présente.
Adaptation des tiges : les plantes évitent au maximum de perdre de l’eau au niveau de leurs tiges, elles ont alors des tiges coriaces qui durcissent.
Réduire la transpiration : sous l’effet de la chaleur, les plantes transpirent de l’eau. Du coup, elles resserrent leurs stomates (sont des pores à la surface des feuilles qui permettent les échanges gazeux entre la plante et l’atmosphère) pour éviter les pertes.
D’autres privilégies d’ouvrir leurs stomates pendant les heures les plus fraîches et humides de la nuit, ainsi les pertes en eau sont 3 à 6 fois moins importantes chez ces plantes.
Dormance estivale : le plus simple pour échapper à la sécheresse, c’est de disparaître à ce moment-là.
Certaines plantes sont caduques en été : elles perdent complètement leurs feuilles en été, à l’inverse des plantes de climats tempérés qui ont une pause hivernale lors de la chute des feuilles.
Si la plante n’a pas de feuille, la photosynthèse n’a pas lieu et donc il n’y a pas de perte d’eau.
Dans les régions désertiques, la plante germe un jour de la pluie, fleurit aussitôt et meurt en quelques jours libérant une profusion de graines qui seront une réserve pour les prochaines fois.
Par exemple, les cistes ont une floraison qui ne dure qu’une journée. Leurs feuilles sont adaptées pour transpirer peu, mais ce n’est pas le cas de leurs fleurs qui perdent pas mal d’eau.
Légende : ciste
Adaptation des feuilles : cela permet à la fois de limiter les pertes en eau et de diminuer la surface d’exposition au soleil.
Par exemple : le romarin ou le thym ont des feuilles très réduites, ils gardent une surface de feuilles pour assurer la photosynthèse, mais enroulent le bord pour diminuer la surface soumise aux rayons directs et diminuer les pertes en eau par l’évaporation.
Les cactus ont tellement réduit leurs feuilles qu’elles se sont transformées en épines qui vont garantir en même temps la défense contre les prédateurs et une modification de la tige qui servira à assurer la photosynthèse.
Certaines feuilles ont une cuticule (Membrane imperméable, souvent présente à la face supérieure des feuilles) très importante qui va leur permettre de limiter les pertes d’eau par évaporation.
Autre stratégie : au lieu de garder ses feuilles étalées à l’horizontale, certaines ne présentent que la tranche de leur feuille dans la direction des rayons du soleil.
D’autres végétaux adaptent leurs feuilles selon les saisons : des feuilles larges vertes étalées jusque mai puis une 2e pousse apparaît avec des feuilles estivales étroites.
Stockage de l’eau : les plantes succulentes ont des cellules charnues, on les appelle « plantes grasses » cela leur permet de constituer des réserves en eau.
Légende : sedum palmeri
Adaptation de la forme : certains végétaux ont une forme dense : boules et coussins qui réduisent leur surface exposée au soleil.
Voici quelques exemples de végétaux plantés au jardin soleil de Terre et Humanisme : 
Légende : centaurea bella
Légende : geranium sanguineum
Légende : euphorbia rigida
Légende : erodium trifolium
Il est important de choisir des plants auprès de pépiniéristes spécialisés, certains ont développé une large gamme de végétaux pour jardin sec.
Voici quelques conseils au moment de l’achat : 
Préférez des végétaux petits et ramifiés. Souvent, c’est bon signe d’avoir une plante avec un volume racinaire équivalent au feuillage.
Attention aux grandes plantes : quand il y a un chignon des racines dans le pot (c’est-à-dire que les racines s’enroulent entre elles), au moment de la plantation la plante va avoir du mal à émettre de nouvelles racines vers le bas et peinera à s’ancrer dans le sol. C’est alors préjudiciable pour la reprise, la résistance à la sécheresse et la tenue au vent. Il existe des pots contre les chignons racinaires ou pour plants forestiers. Ils sont de forme étroite mais haut avec des rainures qui permettent aux racines de se développer correctement.
J’espère que cet article vous aura donné envie de découvrir davantage les plantes de milieu sec !
  Article écrit par Bérengère, formatrice/animatrice et jardinière chez Terre & Humanisme.

Pin It on Pinterest